EEIP : La liste de discussion est hébergée par Yahoo et se trouve à l'adresse : http://fr.groups.yahoo.com/group/eeip
Le site et la liste de dialogue sur l'éducation des enfants intellectuellement précoces

Adhérez aux Associations
Sans votre participation, vos problèmes et ceux de vos enfants ne seront pas pris en compte par le système éducatif : Pensez à vos enfants
Cliquez pour vous inscrire à la liste EEIP

Examen psychologique et développement des tests - par Jean-Charles TERRASSIER - octobre 2004

Retour Liste

 

Examen psychologique de développement et tests.
Les raisons pour lesquelles des parents amènent leur enfant en consultation chez un psychologue déterminent en partie le choix des instruments d'évaluation.

Même lorsque l'examen est essentiellement centré sur l'évaluation du développement intellectuel par des tests de QI, l'enfant exprime non seulement son potentiel intellectuel mais également sa personnalité lors des dialogues qui précèdent et suivent l'examen mais également par son comportement lors des épreuves. Ainsi un psychologue attentif note le degré d'assurance de l'enfant dans ses attitudes et dans le dialogue, sa spontanéité ou son inquiétude, son niveau d'autonomie ou son besoin d'être rassuré, encouragé, ses réactions devant la difficulté, l'échec et la réussite, son style d'activité, précipité et impulsif ou prudent et organisé, sa tendance à sur ou sous-évaluer son efficience, sa fatigabilité. Un test de niveau intellectuel est également un test de personnalité.
Parfois, cependant, il conviendra de réaliser un examen de personnalité plus approfondi avec des tests spécifiques lors d'une autre consultation car l'examen de développement intellectuel demande déjà beaucoup de temps à lui seul.
Un examen psychologique commence par un entretien parents-enfant-psychologue pour clarifier la demande et dédramatiser, si besoin est, la situation. La passation des tests de niveau requiert ensuite 1 heure 30 à 2 heures selon l'âge de l'enfant et les tests utilisés.
L'entretien terminal parents-enfant-psychologue, qui peut être réalisé directement à la suite des tests ou différé, permet à tous une réflexion sur la base des résultats et du profil de développement dégagé, ainsi que de la personnalité exprimée. Dans tous les cas un compte rendu écrit comportant les résultats aux différents tests et subtests et leur interprétation sera fourni aux parents.
Parents, soyez tranquilles, les enfants précoces adorent les tests car, là, ils trouvent du grain à moudre pour leur intelligence.
Brièvement, voici la description des deux tests les plus utilisés, et utiles, pour l'évaluation du développement intellectuel des enfants :
- Le W.I.S.C. III pour les enfants entre 6 ans et 16 ans 11 mois.
- La W.P.P.S.I. III pour les enfants de 2 ans 6 mois à 7 ans 3 mois

Le W.I.S.C. III. Échelle d'intelligence de Wechsler pour enfants – 3° forme. (Wechsler intelligence scale for children) Lors du W.I.S.C. III, le psychologue propose à l'enfant une dizaine d'épreuves ou subtests visant à évaluer son niveau de développement dans des types d'activités très divers.
Deux secteurs dans ce test :
- Les épreuves à dominante verbale (5) qui aboutissent à évaluer le QI verbal.
- Les épreuves non verbales (5), dites " de performance", qui aboutissent au QI performance.
L'ensemble des résultats permet d'établir le QI total ou global.

Subtests verbaux

  • INFORMATION : inventaire de culture générale adaptée à l'âge de l'enfant. Bon indice de la curiosité de l'enfant, de son ouverture au monde et de sa capacité de mémorisation.
  • SIMILITUDES : capacité à saisir le lien existant entre deux éléments énoncés, allant du concret vers l'abstrait, de la pensée catégorielle à la conceptualisation.
  • ARITHMÉTIQUE: problèmes de logique et de calcul à résoudre mentalement. Évalue également la maîtrise de l'attention.
  • VOCABULAIRE : mots à définir. Ici s'exprime non seulement la richesse du vocabulaire mais également la capacité à formuler des réponses précises, synthétiques. Mise en évidence d'une pensée exigeante ou relatée.
  • COMPRÉHENSION : questions portant sur l'expérience de vie sociale et les comportements adaptés aux situations.

Subtests de performance

  • - COMPLÈTEMENT D'IMAGES : série d'images où l'enfant doit découvrir l'élément manquant. Capacité d'observation.
  • - CODE : selon le modèle présenté, l'enfant doit tracer rapidement les symboles (dessins simples) correspondant à certaines formes ou à certains chiffres. Évaluation de la rapidité d'activité et d'apprentissage dans une tâche très simple. Capacité d'attention. Difficile pour certains enfants ayant des problèmes d'organisation et de maîtrise graphiques. (Voir remarques ci-dessous).
  • - ARRANGEMENT D'IMAGES : bandes dessinées dont les images sont présentées en désordre. L'enfant doit reconstituer l'enchaînement chronologique des petites histoires. Logique appliquée au temps. Compréhension de situations.
  • - CUBES : puzzles géométriques selon modèles. Épreuve riche d'enseignements quant à la capacité d'analyse de l'espace, la maîtrise visuo-spatiale, la stratégie, l'autonomie dans l'activité.
  • - ASSEMBLAGE D'OBJETS : puzzles figuratifs permettant de reconstituer des objets ou personnages de la vie courante.

Il existe trois autres subtests qui peuvent compléter les 10 subtests de base ou, pour certains, leur être substitués (Symboles, mémoire des chiffres, labyrinthes).

Remarques importantes :

  • L'épreuve "CODE" est généralement mal réussie par les enfants précoces. C'est le subtest qui a la plus faible corrélation avec les résultats obtenus à l'échelle totale, au point que l'on peut douter qu'il s'agit véritablement d'une épreuve d'intelligence. Les enfants précoces y sont souvent médiocres car ils ont besoin qu'une activité fasse appel à leur réflexion, à leur intelligence, pour bien focaliser leur attention, ce qui n'est pas le cas ici. Une note faible au "code" ne saurait exclure un enfant de la précocité si ses résultats dans les autres subtests témoignent de son potentiel.
  • Le W.I.S.C. III n'est plus assez discriminant chez les enfants précoces de plus de 14 ans par "effet plafond". Sans doute convient-il alors d'utiliser certains subtests de l'échelle pour adultes (W.A.I.S. III) en prenant en compte pour l'évaluation qu'elle n'est prévue que pour les 16 ans et plus. A cet âge, des tests en passation autonome où l'enfant peut mieux se concentrer sur une tâche complexe hors la présence de l'adulte sont recommandés, tels des tests de facteur « g » (intelligence générale) : D 48, D 70, D 2000 d'Anstey, Cattell 2 et 3, et des tests de compréhension verbale fine, tel le BV 16 de Bonnardel.

Jean-Charles Terrassier - octobre 2004

 

Retour Liste