EEIP : La liste de discussion est hébergée par Yahoo et se trouve à l'adresse : http://fr.groups.yahoo.com/group/eeip
Le site et la liste de dialogue sur l'éducation des enfants intellectuellement précoces

Adhérez aux Associations
Sans votre participation, vos problèmes et ceux de vos enfants ne seront pas pris en compte par le système éducatif : Pensez à vos enfants
Cliquez pour vous inscrire à la liste EEIP

BIBLIOGRAPHIE - Ouvrages conseillés

Retour Liste

 


Cette rubrique est, en premier lieu, destinée à faire connaître des ouvrages traitant des EIP (sur fond vert) ;
Une liste d'autres ouvrages pouvant intéresser les EIP, et leurs parents, est également citée et présentée ensuite (sur fond bleu) ;
Enfin, quelques ouvrages généraux pouvant servir de base de réflexion pour des choix éducatifs (sur fond jaune).

Chacun peut nous envoyer ses références et commentaires sur un livre ou document apportant un éclairage intéressant sur le sujet. Les commentaires publiés ici sont les avis que vous avez bien voulu nous transmettre.

N'omettez pas de donner toutes les précisions sur l'auteur, l'éditeur, la collection, le prix, et la façon de se procurer l'ouvrage mentionné.

Giordan

Pour que mon enfant réussisse
Le soutenir et l’accompagner
Monique de Kermadec
Octobre 2010
Albin Michel
Broché 170 pages
13,90 €

Tous les parents veulent que leur enfant réussisse. Surtout lorsqu’ils le trouvent particulièrement vif, éveillé, prometteur. Mais, anxieux à l’idée de mal faire, il leur arrive de mettre la pression là où il ne faudrait pas et de passer à côté de ses véritables besoins. Ou de se laisser impressionner par lui en oubliant son jeune âge. Pour Monique de Kermadec, psychologue-clinicienne, psychanalyste, les parents sont les alliés fondamentaux de l’enfant, avec leurs points de force et leurs fragilités, leurs personnalités en somme. Considérant l’enfant dans la totalité de son être, elle leur propose d’aborder son potentiel non seulement en termes de scolarité, mais aussi sur le plan des relations affectives et sociales, sans lesquelles il n’est pas d’épanouissement véritable. Au-delà de l’aspect propre à la réussite, elle offre ainsi une véritable réflexion sur le rôle que doit jouer le parent d’enfant doué.
Note de l'éditeur
Giordan Changer le collège, c'est possible !
Jérôme Saltet, André Giordan
Août 2010
broché, 18 €
Oh Éditions
Depuis 30 ans, le collège s’est fossilisé par la faute des réformes successives, mal pensées… Les enfants s’ennuient, décrochent. Pire, la violence s’installe... Et le plus grave n’est pas là. Les savoirs pour comprendre le monde, leur époque ou eux-mêmes ne sont toujours pas enseignés au collège.
A quoi servent tout ce temps, tout cet argent dépensé ?
D’autres pratiques existent en France et dans le monde ; elles ont montré leur efficacité. Depuis 6 ans, Jérôme Saltet et André Giordan ont recensé, observé, analysé d’autres méthodes pédagogiques, d’autres organisations possibles. Dans plusieurs établissements, en Europe, ils ont testé d’autres innovations qu’ils ont évaluées. Un projet concret en ressort ; il doit être mis en pratique sans délai dans un Collège où apprentissage, programme, progression, emploi du temps, encadrement et formation des personnels seraient autres. Un collège idéal !
Jérôme Saltet, co-fondateur et directeur associé du groupe Play Bac (Les Incollables, Mon Quotidien…), a déjà publié deux ouvrages sur « apprendre à apprendre ».
André Giordan, fondateur et directeur du Laboratoire de Didactique et Épistémologie des Sciences de Genève, est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’école.
monique.png ENFANTS SURDOUES : UN NOUVEAU REGARD :
Comment accompagner les enfants intellectuellement précoces
 ?
Sous la direction d’André Giordan et de Monique Binda
Octobre 2006
286 p. 18,50 €
Édt. Delagrave

L'ANPEIP : Fédération nationale des Associations Pour les Enfants Précoces, présente l'avis des plus grands spécialistes des EIP :

Qui n'a jamais rencontré un enfant, un adolescent, un adulte dont les remarques, les réflexions, les analyses, l'humour, créations, les inventions... ne correspondaient pas, paradoxalement à son piètre parcours scolaire ou à son échec professionnel ? Pourquoi ? L'explication est dans ce livre.
Dirigé par André Giordan, directeur du laboratoire de didactique et épistémiologie de l'université de Genève et Monique Binda, Présidente de la fédération ANPEIP, Association Nationale Pour les Enfants Intellectuellement Précoces.

  • Des témoignages où vous comprendrez que les interactions d’une précocité intellectuelle dans le développement de l’enfant engendrent une  fragilité qui devrait être reconnue et acceptée,
  • Des explications apportées par de nombreux articles de professionnels et universitaires ;
  • Des conseils pour les accompagner,  respecter leur différence et éviter ainsi les écueils et le« parcours du combattant ».

L’enfant intellectuellement précoce fascine… indéniablement. On voit toujours en lui le futur petit génie ou l’enfant qui va tout réussir. Pourtant ce terme… ou les autres : surdoués, haut potentiel, doué, etc. recouvre une multiplicité de personnalités et de comportements qui ne garantissent pas toujours la réussite et l’épanouissement personnel.

Paradoxalement, une majorité de ces enfants rencontrent des difficultés liées à leurs particularités, pouvant aller jusqu’à l’échec scolaire. Ceci ne doit plus être une fatalité.
En prenant appui sur une expérience de plus de trente années de travail avec les parents et les enfants, au sein de la Fédération des ANPEIP(Association Nationale Pour les Enfants Intellectuellement Précoces), ce livre veut épauler tous ceux qui souhaitent comprendre et accompagner ces enfants dans leur parcours personnel et scolaire, quelquefois difficile. Sans chercher à avancer de solution-panacée – elle n’existe pas ! –, cet ouvrage offre des possibles éducatifs et des conseils pratiques, corroborés par l’avis de plusieurs spécialistes.
André Giordan, professeur à l’université de Genève, auteur d’Apprendre ! (Belin) et d’Une autre école pour nos enfants (Delagrave), a mené ses recherches au sein du Laboratoire de didactique et épistémologie des sciences qu’il dirige dans le cadre d’expériences sur le terrain auprès d’enfants en difficulté en France et ailleurs dans le monde. Celles-ci lui ont fait remettre en cause nombre d’idées reçues. Il cherche en permanence des solutions possibles et pratiques pour dépasser les lacunes actuelles de l’école. L’échec paradoxal des enfants intellectuellement précoces, les tabous sur ce sujet l’ont amené à collaborer avec l’ANPEIP.
Monique Binda, est membre fondateur et Présidente de la Fédération ANPEIP. Elle a accumulé au fil des années les témoignages des parents et des enfants. Son travail bénévole et continu lui a permis de créer les nombreuses Associations ANPEIP régionales pour accompagner les familles, informer, former, participer à la recherche, et surtout trouver et initier les solutions multiples et nécessaires partout. La connaissance approfondie des particularités et des difficultés de ces enfants, fait d’elle un « expert d’expériences » (reconnaissance attribuée par Françoise Dolto aux parents). Organisatrice de colloques et de séminaires de formation pour l’Education nationale, le corps médical, les psychologues, elle intervient également dans de multiples conférences et réunions.

Table des matières

Préface d’André Giordan ; Préambule de Jean-Charles Terrassier ; Les associations de la fédération ANPEIP ; Introduction de Monique Binda

Première partie : Témoignages et caractéristiques de la précocité intellectuelle

  1. Paroles de parents
  2. Paroles d’enfants
  3. Connaître l’enfant intellectuellement précoce

Deuxième partie : Eclairages des spécialistes sur la précocité intellectuelle

  1. Notions spécifiques en psychologie relatives aux enfants intellectuellement précoces par Jean-Charles Terrassier, Psychologue clinicien de l'enfance, fondateur de l'Anpeip.
  2. Spécificité développementale des enfants à hautes potentialités et vulnérabilité par Laurence Vaivre-Douret, Professeur de psychologie du développement à l'Université Paris V - Nanterre et responsable de l'équipe "développement" dans l'Unité   483 Inserm, Neuropsychologue et Psychomotricienne groupe Saint Vincent de Paul - Necker.
  3. Quand l’intelligence élevée fragilise la construction de l’identité par Jeanne Siaud-Facchin, Psychologue clinicienne.
  4. L’affectivité de l’enfant « doué » au sein de sa famille par Arielle Adda, Psychologue clinicienne.
  5. Enfants surdoués en difficulté : réflexion autour de l’hyperactivité avec déficit attentionnel par Sylvie Tordjman, Professeur en pédopsychiatrie, Chef du Service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent - Université de Rennes, Responsable du centre de ressources français pour surdoués en difficulté de Rennes (USD).
  6. Haut potentiel et talent : questions de recherche par Todd Lubart, Professeur, Directeur de Recherche du Laboratoire Cognitions et Différenciation, Xavier Caroff, Maria Pereira-Fradin, Recherche CNRS UMR 8 605 Laboratoire cognition et différenciation, Université de Paris V
  7. Précocité et/ou dyslexie par Rosette Bousquet, Directrice Cours CRPS.
  8. Que nous dit l’enfant qui s’ennuie ? par Lysiane Marchal, Psychologue clinicienne.
  9. Les modes de scolarisation des enfants à haut potentiel par Jacques Lautrey, Professeur émérite à l'Université Paris Descartes, Laboratoire cognition et développement UMR CRNS.
  10. « Etre à la fois singulier et comme les autres… » par Laurence Hoëppe, Professeur des écoles spécialisé, formatrice associées à l'IUFM-AIS
  11. Un éclairage philosophique par Françoise Astolfi, Docteur en psychologie, enseignante, formatrice de formateur.

Troisième partie : Accompagner l’apprentissage de l’enfant intellectuellement précoce.

  1. Apprendre…  Est-ce possible pour des enfants aux capacités intellectuelles différentes ? par André Giordan, professeur à l’université de Genève, Directeur du Laboratoire de didactique et épistémologie.
  2. Accompagner l’enfant et l’adolescent intellectuellement précoces par Monique Binda et André Giordan.

Commandes directement auprès de la Fédération ANPEIP, 7 rue de la Providence, 06300 NICE. 04 93 92 10 53 permanence@anpeip.org Les droits d'auteurs sont reversés au profit des actions en faveur des enfants.

nouveau-ne
La qualité de vie du nouveau-né.
Corps et dynamique développementale
Pr. Laurence Vaivre-Douret
Edt : Odile Jacob
352 pages 23.90 €

Respecter le corps du nouveau-né afin de ne pas perturber son organisation propre ou les interactions relationnelles dans lesquelles il s'engage très tôt, tel est l'objectif du programme de soins qui est présenté ici et qui englobe aussi bien les manipulations du bébé que les sollicitations d'éveil.
Se fondant sur sa longue expérience des tout-petits en milieu hospitalier, Laurence Vaivre Douret nous propose, en particulier, une approche globale du corps du nouveau-né, avec une méthode de toucher sensori-tonico-moteur qui est à la base d'une bonne organisation corporelle et psychique.
Abondamment illustré, ce programme repose sur des fondements théoriques qui sont également exposés afin de permettre aux spécialistes de la petite enfance, mais aussi aux parents, de mieux comprendre et respecter les grandes étapes du développement maturatif et affectif du bébé entre 0 et 18 mois.

Neuropsychologue, psychomotricienne, professeur de psychologie à l'université Paris-X-Nanterre, Laurence Vaivre Douret est l'une des spécialistes du développement de l'enfant et des troubles de l'apprentissage. Attachée à la maternité de Cochin-Port-Royal, elle est également responsable de recherche (INSERM) à l'hôpital Necker-Enfants Malades de Paris.
(Extrait de la 4e de couverture)

autre école
Une autre école pour nos enfants ?
Le grand débat
André Giordan
Edt : Delagrave
251 p. 14,25 €
LA DEDICACE DE L'AUTEUR : Cher parent, Je suis sûr que vous avez envie que votre enfant réussisse à l'école et vous avez raison... Mais le diplôme que vous souhaitez pour lui, pensez-vous vraiment qu'il lui permettra d'accéder aux savoirs dont il aura besoin pour vivre et travailler dans ce siècle qui démarre ? « Savoir lire, écrire et compter » lui suffira-t-il pour comprendre le monde actuel ? Assurément pas ! Ne pas maîtriser certaines connaissances en sciences, en économie, en urbanisme, en anthropologie, en gestion de conflits, ne pas comprendre ce qui organise notre société et les relations humaines, ne pas savoir créer ou entreprendre, n'est-ce pas d'autres formes d'illettrisme ? L'école demande à être repensée dans ses priorités. En tant que parents vous avez un rôle majeur à jouer. Forteresse immobile au milieu d'un monde qui évolue de plus en plus rapidement, l'école ne bougera pas spontanément de l'intérieur. Un débat national de grande "politique" sur l'éducation s'impose. Il s'agit de débattre des savoirs dont vos enfants doivent disposer pour aborder les évolutions actuelles...
André Giordan
couv_echec_bert.jpeg
L'échec scolaire chez les enfants dits surdoués
par : Jacques BERT
6 e édition 2005
Edité par l'auteur
Vente directe ou par Amazon
307 p. 20 €
On pourrait croire qu'ils ont tout, ou presque, pour réussir. Ils représentent environ 2 % de la population. On en trouve certains à Polytechnique, l'ENA, Centrale ou HEC Dans les médias, on nous les montre comme des génies précoces qui, à 14 ans, passent le Bac ou sont Grands Maîtres d'Echecs. On leur a donné, à tort, le qualificatif de « surdoués ». La réalité est moins souriante : la moitié d'entre eux redoublent au moins une classe au cours de leur scolarité. Beaucoup sont marginalisés, vivent leur enfance dans la solitude, deviennent des adolescents dépressifs, et occupent à l'âge adulte des emplois ne correspondant pas à leurs capacités. Alors, que se passe-t-il pour qu'une enfance prometteuse ne se transforme qu'en un rêve brisé ?
L'auteur, enseignant depuis plus de 30 ans, s'intéresse depuis plusieurs années aux difficultés scolaires spécifiques des enfants de quotient intellectuel élevé. En 1995 déjà, il proposait à l'Éducation Nationale la création de classes à horaires aménagés qui permettraient de prendre en compte leurs particularités. Ses préconisations ont été abondamment reprises par le rapport Delaubier, publié en mars 2002 par la commission ministérielle qui a étudié le problème. Son livre rassemble des témoignages, des statistiques, et les enquêtes qu'il a menées sur le terrain. Il dresse l'historique du « surdouement », définit précisément ce que sont les « surdoués », et trace le profil spécifique de ces élèves « pas comme les autres ». Il analyse les raisons de l'inadaptation scolaire de certains d'entre eux, propose des solutions pédagogiques et structurelles concrètes pour y remédier, ainsi que des éléments permettant aux enseignants d'adapter leur enseignement à cette catégorie d'élèves. Présentation éditeur.
Cette 6e édition est mise à jour à fin 2005.
L’Enfant surdoué, l’aider à grandir, l’aider à réussir.
par : Jeanne Siaud-Facchin
Édts : Odile Jacob
Prix : 20 €
Des « petits génies » et d’une réalité méconnue
C’est à la mode. C’est – forcément – mal traité par des médias pressés. Pourtant la problématique des enfants surdoués, si elle a été mise en lumière récemment par un rapport commandé par l’Éducation nationale, n’est pas nouvelle. Pour que les parents concernés, et souvent perdus, appréhendent mieux leurs « zèbres », comme elle les appelle affectueusement, Jeanne Siaud-Facchin vient de faire paraître un guide extrêmement bien fait. Psychologue clinicienne, attachée à l’unité d’adolescents de La Timone à Marseille, elle voit en consultation beaucoup de ces gamins « différents » et connaît tous les problèmes que peut entraîner ce que l’on nomme pudiquement – et à tort – la précocité intellectuelle. Rappelons qu’un tiers de ces enfants se retrouvera paradoxalement en échec scolaire… Un long chapitre est donc logiquement consacré à l’école, « le point le plus épineux, révélateur de la plupart des singularités » ; rares, très rares, sont les établissements mettant de réelles solutions en place, parce que cela nécessite une connaissance, une formation, que n’ont pas les enseignants. Jeanne Siaud-Facchin cite en exemple l’établissement privé SMB à Marseille, qui propose des classes intégratives de la maternelle à la terminale, « le plus novateur dans ce domaine. »
L’école donc, mais pas seulement : ce guide explique aux parents comment ces enfants « fonctionnent », parce que leur mode de pensée est fondamentalement différent, y compris dans leur perception des émotions : hypersensibles, ils peuvent être démesurément blessés par une remarque « anodine ». Chaque chapitre contient des exemples, des conseils, des pistes ; des encadrés résumant l’essentiel les rendent particulièrement clairs.
Livre indispensable aux parents de ces zèbres épuisants, qui vous mitraillent de questions compliquées mais ont aussi besoin de jouer, qui vous cachent leurs blessures et vous embobelinent avec un talent rare, il est à lire également si vous vous posez des questions sur une éventuelle surdouance chez votre enfant : les « symptômes » caractéristiques y sont décrits. Rappelons toutefois que seuls des tests spécifiques permettront de poser le diagnostic. L’auteur insiste avec raison sur le fait qu’un bilan psychologique ne se réduit pas à une mesure de QI, qu’il n’est jamais nocif pour l’enfant, et apporte quel que soit le résultat une foule d’informations essentielles.
Dédié « aux Zèbres de tout poil », voilà un guide complet, accessible et solidement étayé, qui devrait faire réellement avancer la compréhension de ces enfants « à haut potentiel » et éviter que ce potentiel, justement, ne soit irrémédiablement gâché.
Léa Desmots

Le livre de l'enfant doué
par : Arielle Adda
Édts : Solar Famille
Prix : Env. 20 €

Un ouvrage mettant l'accent sur la sensibilité et les particularités relationnelles de l'enfant précoce.

(Texte de la 4e de couverture) :
L'imagerie populaire voudrait que l'on identifie l'enfant doué au premier regard : son physique, son langage, ses réparties fulgurantes, pour ne pas dire sa superbe ou son arrogance, signaleraient comme autant d'indices sûrs la haute intelligence.
Bien entendu, il n'en est rien. L'un des nombreux paradoxes de l'enfant doué est au contraire que peu de chose le distingue en apparence des autres enfants, et qu'il est donc plus difficile qu'on ne le croit de le reconnaître comme tel : un QI élevé n'est pas un accessoire clinquant que l'on porte accroché sur la poitrine. Or ce premier mal-entendu en engendre d'autres pouvant conduire à l'incompréhension, à l'isolement, puis à l'échec scolaire et, plus largement, personnel.
Le Livre de l'enfant doué s'adresse ainsi à tous les parents, aux enfants eux-mêmes - y compris quand ils sont devenus adultes -, aux enseignants, aux psychologues, pour leur donner des éléments d'analyse et leur permettre de guider, d'accompagner les enfants doués sur le chemin de l'épanouissement. En mettant l'accent non seulement sur leurs talents intellectuels, mais aussi et surtout sur leur extrême sensibilité - qui aiguise la souffrance autant que les joies -, sur leur sens de l'humour et leur imagination sans limite, Arielle Adda nous en dresse un portrait lumineux et particulièrement attachant.
Perce qu'il faut commencer par les découvrir, les comprendre et les aimer pour leur offrir les atouts du bonheur.

L'enfant doué
Arielle Adda, Hélène Catroux
Édts : Odile Jacob
Prix : 23,33  €
Si, longtemps, l'enfant doué est demeuré un sujet quasi tabou, il est aujourd'hui entré dans la panoplie des sujets de conversation courants offrant aux médias un thème toujours ardemment débattu. Mais, si l'on parle plus souvent des enfants doués, on n'en parle pas toujours objectivement. Les dernières années ont en effet donné lieu à une cacophonie qui, loin d'éclairer le propos, l'opacifie, le complique. Car, en la matière comme en d'autres, la surexposition est rarement propice à la réflexion. Face à la confusion et à l'approximation, nous avons voulu faire le point des recherches actuelles et fonder des propositions pédagogiques permettant, notamment, d'éloigner le spectre de l'échec scolaire, mais aussi professionnel et personnel. Car, si l'on sait désormais que l'adage selon lequel « si l'on est intelligent, on réussit » est pure fiction, il faut apprendre à découvrir le sujet doué, à le « lire », pour mieux le guider et l'accompagner vers son épanouissement. Dans cette optique, nous mettons en lumière les moyens, les méthodes, les protocoles qui aideront l'enfant, comme l'adolescent et l'adulte, à retrouver le plaisir d'apprendre, de comprendre, de créer. Afin qu'il se réconcilie, enfin, avec cette intelligence lumineuse qu'il a, paradoxalement, trop souvent tendance à vivre comme un handicap.
Arielle Adda, Hélène Catroux
Les enfants surdoués ou la précocité embarrassante
par : JC Terrassier
Éditions : ESF
Prix : Env. 20 €

• La création des premières classes pilotes pour enfants intellectuellement précoces, à Nice en 1987, a concrétisé l'effort de sensibilisation et d'information que l'auteur, Jean-Charles Terrassier, poursuit en France depuis une trentaine d'années.
• La dernière édition de cet ouvrage de référence, par son actualisation, a permis de comprendre l'évolution de l'éducation nationale face aux problèmes des enfants précoces et de mettre en relief les premiers enseignements tirés du fonctionnement des classes pilotes.
• Aujourd'hui, la dernière édition apporte de nouvelles informations sur la méthode du QI compensé mise au point par l'auteur. Lorsqu'on envisage pour un enfant de sauter une classe, cette méthode permet de le restituer par rapport à l'âge moyen des enfants de cette classe.
• Jean-Charles Terrassier répond aux questions que parents et enseignants se posent :
- Comment identifier les enfants surdoués ? Par des tests ? En faisant confiance aux enseignants ?
- Prendre une avance scolaire, sauter une classe, entrer au CP avant 6 ans constitue-t-il un bon choix ? Quelles en seront les conséquences ?
- Que peut faire l'enseignant pour ces enfants dans les circonstances actuelles ? L'approfondissement et l'enrichissement sont-ils possibles dans notre système scolaire ?
- Que peuvent faire les parents, souvent bien embarrassés par cette précocité et confrontés à une école peu compréhensive ?
- Quelles sont les solutions adoptées à l'étranger ?
- Quelles sont les chances d'un enfant surdoué de milieu défavorisé quant à la réalisation de son potentiel ?
En réalité, ce qui est en jeu, c'est l'équilibre et le bonheur de plus de 400 000 enfants précoces ou surdoués actuellement scolarisés en France.

Guide pratique de l'enfant surdoué
Ph. Gouillou & JC Terrassier
Éditions : ESF, collection Références
Prix : Env. 20 €

(Texte de la 4e de couverture) :
Ne laissez plus vos enfants vivre leur don comme une fatalité !
• Comment reconnaître au plus tôt les potentiels d'un enfant surdoué ?
• Qu'est-ce que le QI (quotient intellectuel) ?
• Comment assurer à un enfant surdoué le meilleur épanouissement intellectuel et affectif ?
• Comment faire de l'intelligence précoce un atout dans la vie et non un handicap ?

Parce qu'ils n'auront pas été détectés, parce qu'ils n'auront pas reçu une éducation adaptée, la moitié des enfants intellectuellement précoces, autrement dit les surdoués, connaîtront l'échec scolaire.
En France, cela représente plus de 200 000 enfants sacrifiés.
Ce Guide pratique de l'enfant surdoué, unique en France, rédigé par le plus grand spécialiste de la question, Jean-Charles Terrassier avec le concours de Philippe Gouillou, apporte les informations nécessaires et les solutions simples pour connaître, comprendre et gérer les particularités des enfants surdoués.
En apprenant à adapter éducation et comportement, ce livre permettra à tous, et avant tout aux parents, mais aussi aux éducateurs, de libérer le potentiel d'un surdoué pour transformer son don en intelligence efficace.
Le Guide pratique de l'enfant surdoué : un livre indispensable pour faire le point aujourd'hui sur les enfants intellectuellement précoces, et prendre les bonnes décisions.

Surdoués. Mythes et réalités.
Ellen Winner
Éditions : Aubier
Prix :

(Texte de la 4e de couverture) :
Elen Winner est chercheur en psychologie enfantine à l'université de Harvard. Elle enseigne la psychologie à Boston.
Les surdoués font l'objet d'un certain nombre d'idées reçues, volontiers contradictoires. Pour certains, ce sont des enfants ordinaires, modelés par des parents trop ambitieux qui les privent d'une enfance « normale » ; pour d'autres, au contraire, les surdoués possèdent des gènes spécifiques. Et chacun sait que leur QI atteint des sommets vertigineux, qui leur permet de jongler aussi bien avec les mathématiques qu'avec le langage.
Et s'il ne s'agissait là que de contrevérités, voire de fantasmes ?
Le surdoué a-t-il nécessairement de bons résultats à l'école ? Quand un enfant de trois ans maîtrise les lois de la perspective, doit-on se contenter d'évoquer son « talent », réservant la qualité de surdoué à ceux qui excellent dans les disciplines dites nobles ?
Ne faut-il pas, enfin, remettre en cause la pertinence du QI, cet instrument forgé selon une conception globale de l'intelligence ?
Le monde des surdoués est plus complexe qu'il n'y parait : derrière le mythe, fascinant et inquiétant, Elen Winner nous dévoile la réalité d'une enfance à la fois prometteuse et fragile.

Surdoué(e), Mode d'emploi.
Françoise Civeyrel
Éditions : Prat
Prix : 10,60 €

Caractéristiques, tests de QI, scolarité, éducation, dyslexie, associations, psys : Comment développer son magnifique potentiel.
Ce petit ouvrage est une compilation d'informations et de commentaires de tous les spécialistes du sujet. Un grand nombre de références, d'adresses et de conseils vous aideront à y voir plus clair en attendant d'approfondir le sujet.
Le coté pratique et concret de ce petit livre vous rappelle en permanence au bon sens.
Ne vous privez pas de ce tout petit investissement.
P.R.

Ethan
Éthan au pays du vermeil
Katia P
56 pages N&B
13x20 cm
10 € (livre papier)
4,9 € (PDF)
Edilivre.com
Présentation de l'auteur
Ce « livre-conte » a pour héros un enfant aux particularités singulières : un besoin vital de savoir, de comprendre ; des raisonnements et arguments implacables de logique ; une curiosité insatiable du monde qui l’entoure et des éléments qui le composent ; les sujets inattendus pour lesquels il peut se passionner, comme l’univers des nombres, les planètes, les volcans… En explorant le Pays du Vermeil – tel un voyage initiatique – il va se retrouver confronté à ce qui freine son immense potentiel : ses peurs aux multiples facettes, tout en prenant conscience de ses réels talents. A la lecture de ce conte, vous offrirez à votre enfant un profond réconfort : pouvoir s’identifier à ce personnage attachant, étrange, surprenant, qui lui ressemble à maints égards. Ce conte vous délivre aussi… un message. Vous qui êtes stupéfaits par ses extraordinaires capacités, sa rapidité d’apprentissage, vous pouvez également vous sentir inquiets, déroutés face à ce petit être hypersensible, trop souvent en proie à des angoisses existentielles : cycle de la vie/mort ? Obsession de l’heure ? Nombreux rituels ? Des rapports conflictuels face à l’alimentation… à l’autonomie gestuelle… les sports ? De drôles de peurs qui le bloquent : le cauchemar de la piscine… sa tête mouillée… le vélo… ses mains poisseuses ? Des Petits Riens Grands Chagrins. Il attend constamment de vous une démarche aimante, valorisante, rassurante. Vous saurez adoucir ses angoisses secrètes et dynamiser ses nombreuses aptitudes. Votre amour, généreusement dispensé, vital pour l’équilibre et l’épanouissement de tout enfant, se teintera de compréhension même devant l’incompréhensible, d’infinie patience et d’une perpétuelle attitude apaisante. Vous verrez alors, avec un bonheur sans limite, votre enfant s’ouvrir et sourire au monde. Je vous souhaite une très agréable balade au Pays du Vermeil.
KATIA P.
sepulveda
Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler.
Luis Sepúlveda
éditions Métailié (collection Suites), 117 pages, 5 euros.
Un conte à l’image de la vie
Luis Sepúlveda est l’un des plus grands auteurs chiliens. Il n’avait jamais écrit à destination de la jeunesse jusqu’à ce livre, paru en France en 1997 (prix Sorcière du Salon du Livre de Montreuil) et réédité au format poche début 2004.
C’est une histoire belle et dure à la fois, un conte où ne manquent ni le merveilleux, ni l’éloge de qualités telles la fraternité et la persévérance.
Une mouette engluée de pétrole vient s’abattre à Hambourg, sur un balcon où se prélasse un chat « grand noir et gros ». Elle réunit ses ultimes forces pour pondre un œuf, fait promettre au matou d’élever son enfant et de lui enseigner à voler. Zorbas engage sa parole, mais comment faire ? Alors, il appelle à la rescousse ses amis du port, Jesaitout le lettré qui cherche dans les encyclopédies comment couver un œuf, Secrétario qui chipe des sardines pour nourrir l’oiselle affamée, Vent-debout le vieux loup de mer qui raconte de si belles histoires d’oiseaux dans la tempête… Nous croiserons aussi un singe très mal élevé, un humain à qui l’on peut faire confiance parce qu’il est poète, le tout mené avec drôlerie et tendresse.
Afortunada la jeune mouette comprendra au fil des épreuves « le plus important : […] Seul vole celui qui ose le faire. »
Il n’est pas interdit aux adultes d’avoir les yeux un peu trop brillants en refermant le livre.
Léa Desmots
Monelle
Monelle et les Autres
Geneviève Brisac
Broché - 94 pages (31/03/2002)
coll.Neuf – Ecole des Loisirs 7,5 €
Présentation de l'éditeur
Monelle a un prénom original, un an d'avance, dix centimètres de plus que la moyenne, pas d'amies dans sa classe de cinquième du collège Kortchak, une passion folle pour le latin et ses merveilles étymologiques, des chagrins violents et sincères quand elle voit des fautes d'orthographe.
Evidemment, les autres la traitent de fayote.
Alors Monelle a l'impression de se trouver au milieu d'un désert empoisonné d'un rayon d'environ un mètre. La solitude de la fille intelligente et sensible.
Une solitude invivable.
Comme Monelle est sensible, elle a besoin des autres et envie d'être aimée. Comme elle est intelligente, elle trouve une solution : se transformer en cancre volontaire. Faire rire. Etre normale.
Au début, c'est plutôt un succès. Mais tout se complique avec l'arrivée d'Ondine, une nouvelle qui vient des Indes et dont le grand-père a bien connu le fils de Rudyard Kipling. Ondine donne envie à Monelle de faire de grands projets culturels et amicaux : un club et un journal. Et, bien sûr, les ennuis recommencent.
Voir le site http://www.pouletfrites.com/LIVRE-MONELLE.htm
Petites histoires de mots
Géraldine Faes et Ronan Badel
Flammarion, 10 €
Ou les aventures étonnantes de 100 mots courants : non, « cocktail » n’évoque pas la queue du coq par ses couleurs bigarrées, mais bien un cheval de course un peu « trafiqué » ; l’@ n’a pas une agaçante origine anglo-saxonne, mais nous vient des bons moines du Moyen Âge ; oh ! On va même nous expliquer que complimenter une dame sur son « cul » était autrefois très correct !
Ce petit livre (souple et bien relié) est une mine d’anecdotes, de quoi « coller » bien des adultes. Très abondamment et gaiement illustré, il est à butiner au hasard des pages (les mots sont classés par thèmes, par exemple l’alimentation, mais complétés par un index alphabétique), même si d’autres mots sont plus connus (sandwich, poubelle…) des « grands ».
L.D.
La vie des mots, l’ami des veaux
Joël Martin, « contrepoète », et Rémy Le Goistre, illustrateur.
Albin Michel, 10,90 €
Paru en 1994 puis réédité en 2002, un album qui fait jubiler nos eip – ils se le prêtent sans se lasser – : des « contrepèteries pour tous » par le chroniqueur de « L’album de la comtesse » au Canard enchaîné.
Ne pas confondre un gros lard ignare et un grognard hilare… ni des ballons douteux et des tas de boulons !
Sans oublier cette maxime à méditer gravement : Quand ça pollue, ça pue, l’eau.
28 pages, et encore « délayées » par des illustrations parfois un rien trop importantes, mais le résultat est vraiment ludique et à se réciter en famille… avant d’en inventer d’autres ensemble.
L.D.
Le magazine des mots :
Virgule, 4,50 €, l’abonnement annuel, 42 €
www.virgule-mag.com
La famille s’agrandit : après Cosinus pour les curieux des maths et des sciences, Arkéo junior qui explore le passé et Le Petit Léonard voué aux arts, les éditions Faton lancent en octobre 2003 un quatrième mensuel : Virgule. Destiné aux 10/15 ans, ce « magazine de français et de littérature » est un régal. Curieux, impertinent, varié, il pourrait bien réconcilier quelques têtes blondes avec leur langue. Dans le premier numéro, par exemple, un poème de Queneau, une énigme portant sur la ponctuation d’après Le Filou anglais, un dossier sur les interjections, truffé de jeux, des devinettes étymologiques… Sans oublier la délicieuse idée de Société Protectrice des Mots : elle en propose un par mois, « délaissé, maltraité ou en voie de disparition ». Le lecteur peut renvoyer un coupon d’adoption où il s’engage à l’utiliser au moins une fois par mois pendant six mois et à ne pas l’oublier. Molière est le premier « Portrait », suivi en novembre par… les Pieds Nickelés. Le magazine se clôt par une bande dessinée à épisodes (Ubu roi, pour commencer). C’est vraiment excellent.
L.D.
Tes questions sur les sciences
Collectif
Bayard jeunesse, 104 p., 13,90 €.
Les lecteurs du magazine Astrapi connaissent bien le docteur Loufok et le professeur Zak ; voici que leurs interventions sont reprises dans un ouvrage astucieusement agencé en répertoire. C’est aussi drôle qu’instructif : à chaque question posée (pourquoi la mer est-elle bleue, pourquoi fait-il noir quand il n’y a pas de lumière, comment les odeurs se répandent-elles…) correspond la « réponse idiote » du Dr Loufok « pour jeter sur le monde un œil fantastique », puis la « réponse exacte » du Pr Zak « pour ne pas grandir sans savoir », suivie pour les curieux ou les grands des « plus du Pr Zak (il ne veut plus s’arrêter) ».
Exemple, pourquoi le soleil devient rouge quand il se couche : Loufok prétend que c’est de fatigue (et encore, là, il est sobre, parfois ses idées sont délirantes), Zak en deux croquis et quelques lignes donne la vraie explication, puis dans ses « plus » aborde l’énergie renouvelable, la photosynthèse, le devenir du soleil…
26 questions sont ainsi passées en revue, avec les illustrations toutes gaies de Monike Czarnechi. On regrette qu’il n’y en ait pas davantage…
Léa Desmots
Comment je suis devenu stupide.
Roman
Martin Page
Éditions J'ai lu N° 6322, 125 p. 4 €.

Comment je suis devenu stupide.... ou, pourrait-on sous-titrer, la solitude de l'intelligence.

Martin Page décrit -sans le savoir ?- la face cachée et sombre de l'intelligence, la mise à l'écart des intelligences par notre société.
Selon l'auteur, l'intelligence est un double mal : elle fait souffrir (« la pensée conduit à une certaine exclusion, par la distance de l'observateur avec le monde observé », « le renoncement à une véritable intelligence est le prix à payer pour avoir des certitudes ») et n'est pas reconnue comme une maladie (« il n'existe pas de cure de désintoxication de l'intelligence »).
Les solutions testées successivement par le héros pour se guérir de cette « maladie », l'alcoolisme, le suicide et finalement la stupidité ne sont évidemment convaincantes.
On ne peut, on ne doit réduire l'intelligence au silence.....

Un livre bourré d'humour, succulent, INTELLIGENT, qui pose sur un mode badin la vraie question : Quel usage notre société fait-elle de l'intelligence ?
Patrick Saporta

matin-brun
Matin brun
Roman
Franck Pavloff
Édts. Cheyne
11 p. 1 €

Un euro et une douzaine de pages... Une description du totalitarisme par un auteur franco-bulgare qui a renoncé à ses droits (ainsi que l'éditeur) afin de permettre une large diffusion de cet ouvrage pour que ce fléau ne reste pas anodin !

Le commentaire : Livre d’utilité publique
La sensibilité des eip à ce tout mince ouvrage entraînera bien des discussions en famille ou avec leurs camarades.
Matin brun a la force implacable des textes qui, économes d’envolées et de lyrisme, présentent l’horreur possible d’une manière « normale ». Normalisée.
Voilà : c’est un pays, deux amis, un jour ils apprennent que leur État décrète le brun seul correct. On teint alors son chat blanc. On tue son chien noir. Mais bientôt il devient illégal d’avoir eu avant le décret une bête non conforme.
Le narrateur suit le mouvement ; s’étonnant juste un peu, mais puisque les plus hautes instances expliquent ce qu’il faut faire, ma foi… il est quand même vaguement gêné lorsqu’on arrête son copain Charlie.
À quelle porte frappera-t-on ensuite au petit matin ?
Onze pages, pas plus. Même un ado rebelle à la lecture s’y plongera. L’auteur a écrit ce texte de colère noire lorsque le Front national passa au second tour en France. Depuis, une vingtaine de pays l’ont publié. C’est tout à leur honneur.
L. D.

ben jelloun

Le racisme expliqué à ma fille.
Tahar Ben Jelloun
Le Seuil
94 p. 6 €

Mot de l'auteur :
Un enfant est curieux. Il pose beaucoup de questions et il attend des réponses précises et convaincantes. On ne triche pas avec les questions d'un enfant. C'est en m'accompagnant à une manifestation contre un projet de loi sur l'immigration que ma fille m'a interrogé sur le racisme. Nous avons beaucoup parlé. Les enfants sont mieux placés que quiconque pour comprendre qu'on ne naît pas raciste mais qu'on le devient. Parfois. Ce livre, qui essaie de répondre aux questions de ma fille, s'adresse aux enfants qui n'ont pas encore de préjugés et veulent comprendre. Quant aux adultes qui le liront, j'espère qu'il les aidera à répondre aux questions, plus embarrassantes qu'on ne le croit, de leurs propres enfants.
T.B.J

Commentaire : Leçon de choses
Tahar Ben Jelloun a un nom qui définit son origine. Et il a une fille. Sa petite Mérième a discuté avec lui de racisme. Elle l’a questionné, ils ont réfléchi à voix haute. Il en a fait un livre.
Oh, il n‘assène pas de leçons… Cet homme a l’honnêteté d’évoquer les racismes, en particulier. Et il amène subtilement la notion de limite entre tolérance et passivité.
Ce livre ouvre des pistes multiples. Il a donné lieu à débat dans des écoles en présence de l‘auteur, qui propose aujourd’hui une édition enrichie de ces interventions – et des réactions des lecteurs.
C’est une réflexion profondément intègre. Pas de leçon donnée, mais des interrogations enrichissantes, et le doute également. « L’être humain n’aime pas trop ce qui risque de le déranger dans ses certitudes. » Certes. Ben Jelloun démontre joliment d’autres pistes possibles
L. D.

La grammaire est une chanson douce.
Erik Orsenna
Stock 12 €

« Elle était là, immobile sur son lit, la petite phrase bien connue, trop connue : Je t'aime.
Trois mots maigres et pâles, si pâles. Les sept lettres ressortaient à peine sur la blancheur des draps.
Il me sembla qu'elle nous souriait, la petite phrase.
Il me sembla qu'elle nous parlait :
- Je suis un peu fatigué. Il parait que j'ai trop travaillé.
Il faut que je me repose.
- Allons, allons, Je t'aime, lui répondit Monsieur Henri, je te connais. Depuis le temps que tu existes. Tu es solide.
Quelques jours de repos et tu seras sur pied.
Monsieur Henri était aussi bouleversé que moi.

Tout le monde dit et répète « Je t'aime ». Il faut faire attention aux mots. Ne pas les répéter à tout bout de champ. Ni les employer à tort et à travers, les uns pour les autres, en racontant des mensonges. Autrement, les mots s'usent. Et parfois, il est trop tard pour les sauver. »

La culture française à la dérive
La culture française à la dérive.
Gérard Blua
Édt : Autres Temps
15 €.

Ceux qui n’ont jamais goûté le foie gras n’ont pas la sensation d’en manquer. Il en est de même pour les multiples plaisirs recélés par toute notre histoire, contée et commentée au fil du temps par les livres, par tous les écrits. Par quel égoïsme incompréhensible certains enseignants, de trop nombreux parents, nos médias omniprésents, privent-ils nos enfants de ces joies ?
La culture française se délite. Il n'y a jamais eu autant d'illettrés et d'analphabètes développant leur propre langage. Les comportements étalés aux yeux de chacun ne montrent qu’un aspect factice, creux, fat, déjà sur le chemin de la désillusion.
Les subventions maintiennent les troupes théâtrales, les festivals, les concerts. Pourquoi les petits éditeurs, porteurs de la diversité des pensées, de la culture écrite, de la poésie, sont-ils délaissés, oubliés ? Le savoir et cet art ne méritent-ils pas quelque attention ?
L'auteur partage sa réflexion sur la transformation de la société contemporaine qui s’étroitise et paraît basculer vers un triste conformisme stérilisant. Son essai met en relief le véhicule premier de l’échange : Le langage. Notre langue est vivante, elle se transforme lentement et régulièrement selon les nécessités de l’expression des concepts nouveaux. Et désormais, on voudrait commettre un excès de vitesse dans son évolution ? Quel manque de la plus élémentaire sagesse !
On aimerait que, maintenant, Gérard Blua nous offre À la recherche de plaisirs si peu connus qui contiendrait des pistes pour permettre de mieux partager les joies de la culture, la vraie, celle qui est ouverte et diverse, qui suscite le désir, l’envie…
P.R.

Retour Liste